Communion

"Communion " / Technique mixte / 90 x 70 cm / Support : Châssis entoile lin / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l' acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction "commentaire" au bas de cette page.
« Communion  » / Technique mixte / 90 x 70 cm / Support : Châssis entoile lin / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l’ acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction « commentaire » au bas de cette page.

Communion

Quand
La meute sanglante des peines
Ordonnées en forêt d’épines
Au coeur se plante, aiguille infime
L’instinct préserve, rien ne résigne.

En soi les loups lâchés en rage
Dévorent la chair qu’ils partagent
Leurs crocs avides d’âme pure
Face à l’outrage rien ne dure.

C’est l’appel du sang et du nom
Qui résonne à déchirer l’aurore
Ô Dieu pourquoi lutter encore?
Que Minuit m’accorde en union
La Mort

Texte A.U

Glas

"Glas" / Acrylique / châssis entoile coton à 80x 60 cm  / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l' acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction "commentaire" au bas de cette page.
« Glas » / Acrylique / châssis entoile coton à 80x 60 cm  / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l’ acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction « commentaire » au bas de cette page.

Extrait La ballade de la geôle de Reading

Ils l’ont pendu comme on pend une bête,
N’ont même pas sonné le glas,
– Ce requiem aurait pu apporter
La paix à son âme effrayée – ;
Mais vite ils l’on décroché du gibet
Et dans un trou ils m’ont caché.

Oscar Wilde

Bride

"Bride" / Châssis 3D entoilé / 120 x 120 cm / Technique mixte / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l' acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction "commentaire" au bas de cette page.
« Bride » / Châssis 3D entoilé / 120 x 120 cm / Technique mixte / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l’ acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction « commentaire » au bas de cette page.

“IL EST DIT QU’AUCUN ARBRE NE PEUT POUSSER JUSQU’AU PARADIS SANS PLONGER SES RACINES JUSQU’AUX PROFONDEURS DE L’ENFER”
C.G. JUNG

Vain-creux

"Vain-creux" / Acrylique / 93 x 100 cm / support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l' acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction "commentaire" au bas de cette page.
« Vain-creux » / Acrylique / 93 x 100 cm / support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l’ acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction « commentaire » au bas de cette page.

Il y aura un moment d’infinie douceur
Au crépuscule des corps baignés d’ardeur
Au creux des espoirs vains battus par le vent
Lorsque cessera le battement du temps.

Il n’y a pas de communion, c’est ainsi
Le réel nous étreint dans sa carcasse refroidie
Il nous reste à nous trouver à tâtons
Boîtant l’un vers l’autre, légers et heureux au fond.

Texte A.U

Bleu Amer

"Bleu Amer" / Acrylique / 65 x 120 cm / support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l' acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction "commentaire" au bas de cette page.
« Bleu Amer » / Acrylique / 65 x 120 cm / support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l’ acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction « commentaire » au bas de cette page.

La musique désaccordé
De la vie devant soi
Comme une formule usée
Quand le vide devient toi.

Un vague à l’âme amer
Où seule l’écume ose
Faire résonner l’alarme en mer
Sur les esquifs roses.

Plus rien désormais n’étreint
Le vent siffle dans les interstices
De cette peau d’airain
Là où le silence se glisse.

Vient le temps de se parer de l’absence,
Comme de la nuit bleutée.
Lever le regard, entrer en résistance
Comme en désordre, avant d’aimer..

Texte: A.U

Diluée dans le nous d’un sujet singulier

"Diluée dans le nous d'un sujet singulier" / Pastel / 95 x 85 cm /  support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l' acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction "commentaire" au bas de cette page.
« Diluée dans le nous d’un sujet singulier » / Pastel / 95 x 85 cm / support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l’ acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction « commentaire » au bas de cette page.

Galimybé

Pastel / 97 x 79 cm / support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l' acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction "commentaire" au bas de cette page.
Pastel / 97 x 79 cm / support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l’ acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction « commentaire » au bas de cette page.

Tomberont les diables
Je laisse ma croix
Mon rêve réussira

Guerrière je suis
Mon âme est juste
Le paradis n’est pas maudit

Ma possibilité d’une île
Cette vie est à moi
Ici ou la bas

*Ed

Les escaliers des infames pensees

Acrylique / Pastel / 84 x 90 cm / support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l' acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction "commentaire" au bas de cette page.
Acrylique / Pastel / 84 x 90 cm / support : pages de livres anciens / Si cette œuvre vous intéresse et dans le cas où vous désireriez en faire l’ acquisition, merci de bien vouloir utiliser la fonction « commentaire » au bas de cette page.

Rester Vivant

Le monde est une souffrance déployée. A son origine, il y a un noeud de souffrance. Toute existence est une expansion et un écrasement. Toutes les choses souffrent, jusqu’à ce qu’elles soient. Le néant vibre de douleur jusqu’à parvenir à l’Être : dans un abject paroxysme.

Rester Vivant – Michel Houellebecq